L’étude comparée du français standard et du français sénégalais

Project and Seminar Material for French

L’étude comparée du français standard et du français sénégalais


Sommaire


La thèse traite de l’étude comparative du français standard et du français sénégalais. Le français est la seule langue officielle du Sénégal, mais il est rarement utilisé dans des contextes informels. Les 20 à 30 langues nationales et locales du pays, en revanche, sont largement utilisées, mais n’ont pas de fonction formelle et ne sont presque jamais utilisées par écrit. La relation entre le français et les langues nationales et locales est qualifiée de diglossique, et une relation similaire existe également entre le wolof, langue majoritaire, qui est de loin la langue de communication la plus grande et la plus largement utilisée au niveau national, et l’autre langues nationales et locales. La thèse vise à montrer comment les jeunes étudiants, l’élite du futur, se rapportent à cette situation linguistique, et s’il existe des différences systématiques dans leur utilisation et leurs attitudes qui peuvent être placées dans le contexte de la langue maternelle et du genre. La thèse a une perspective micro et a une approche méthodologique principalement qualitative. Il s’appuie sur des données collectées lors de deux séjours à Dakar, le premier en janvier et février 2008, et le second en novembre de la même année. J’ai mené des entretiens approfondis avec 17 étudiants de l’Université de Dakar (UCAD), ainsi que près de 70 heures d’observation participative, principalement sur le campus en compagnie de mes informateurs. 68 questionnaires remplis font également partie des données. Les étudiants en tant qu’objet d’étude sont particulièrement intéressants dans le contexte sociolinguistique sénégalais, à la fois parce que leur statut de jeune élite sociale confère à une telle étude une certaine valeur prospective et parce qu’ils parlent tous français. Le français est la seule langue que tous les élèves ont en commun, et on pourrait donc croire qu’ils ont tendance à communiquer entre eux dans cette langue. Cependant, notre étude montre que le français est peu utilisé chez les étudiants et que la majorité de la communication informelle se fait sur wolof. Ceci est mis en contexte avec l’attitude générale des élèves à l’égard du français et avec le fait qu’ils sont souvent en insécurité linguistique lorsqu’ils parlent cette langue. Notre étude montre que la langue maternelle ainsi que le sexe ont peu ou pas d’impact sur l’utilisation de la langue et les attitudes des élèves, contrairement à ce qui a été démontré dans des études qui prennent en compte d’autres groupes sociaux. Par contre, il semble que l’appartenance sociale et l’usage du français dans la famille soient des facteurs importants pour le choix de la langue des élèves et pour leurs attitudes linguistiques.


Introduction


La langue selon Le dictionnaire Larousse (2010 :462) est « le système de signes verbaux propre à une communauté d’individus ou bien une communauté linguistique.

C’est la manière particulière de s’exprimer. La langue n’est pas seulement un objet scientifique mais aussi une pratique sociale. La langue est importante dans l’enseignement au lycée, au collège, de la santé et dans les affaires politiques et sociales.

Une langue est indépendante de la communauté qui la parle mais la communauté peut influencer la langue à travers les personnes qui la parlent. Donc, on peut considérer la langue sur les aspects systématiques et sociales. L’aspect systématique d’une langue se compose des règles grammaticales et phonétiques tandis que l’aspect social a un rapport à l’aspect culturel et sociaux de la langue puisque la culture conseille la langue qui est appelé la sociolinguistique.

La sociolinguistique est la relation qui existe entre la langue et la société dans laquelle une langue est parlée. C’est l’étude des caractéristiques et traits d’une variété linguistique dans une communauté de la linguistique. Une langue doit posséder une grande culture mais c’est nécessaire de noter que la culture et la langue s’influencent toujours. C’est la situation du français dans les diverses communautés qui la parlent parce que les communautés ont des cultures et traditions différentes.

Au niveau de la langue, il y a diverses formes ou variétés géographiques (dialectes) du français parlé à travers le monde tel qu’il est parlé dans le quatre coins du monde. Chacun de dialectes reflète son milieu-socio-culturel, où existe la langue. Chaque dialecte français a ses particularités qui les différencient du français standard. Ces facteurs sont appelés des traits linguistiques qui nous permettent d’identifier les divers utilisateurs de cette langue. Ces traits comprennent l’accent, la phonétique, la prononciation lexicale, le vocabulaire et les différences linguistiques existant en Afrique francophone où il y a divers parlers francophones.

En Afrique francophone, on rencontre des gens qui parlent une ou plusieurs langues naturelles, une ou plusieurs langues étrangères et la langue nationale. Dans certains cas, le français finit par en fiancer certaines des langues. Alors, on trouve dans la langue française pratiquée dans chacun de ces pays des mots ou des expressions empruntés à ces langues. L’intonation, l’accent parfois, les structures morpho-syntaxiques sont empruntés à ces langues africaines. Cela rend incompréhensible parfois le français parle de ce pays.

Une étude comparée du français standard et du français sénégalais sous le domaine de la langue est de l’aspect de la linguistique. Notre objectif est de bien soutenir l’aspect sociolinguistique et de faire paraître les similarités, et les différences et des effets les langues africaines sur la langue française en Afrique en comparaison avec le français standard à travers le français standard et le français sénégalais.

Dans le mémoire, il y aura trois (3) chapitres, le premier chapitre va examiner la langue française dans le monde et en Afrique. Le deuxième chapitre parlera du français standard et du français sénégalais, et finalement, la comparaison ; des similarités, analyse des influence et effets, les différences visibles entre le français standard et cet du Sénégal. Le bilan de tout sera dans la conclusion.


Chapitre 1


La langue française

1.1 le français dans le monde

Le français est une langue romane parlée dans les cinq continents du monde comme langue maternelle principalement en France, en Belgique, dans plusieurs provinces et territoires du Canada et en Suisse romande. On trouve aussi des îlots de Francophones natifs aux Etats-Unis et dans certaines vallées italiennes. Le français est parlé comme deuxième ou troisième langue dans d’autres régions du monde, comme dans la République démocratique du Congo qui est le plus peuple des pays de la francophonie, et l’un des 29 pays ayant le français pour langue officielle ou co-officielle.

Avec plus de 250 millions de locuteurs francophones réels dans le monde et 390 millions de locuteurs comme seconde langue et langue étrangère (incluant l’Afrique noire et le Maghreb), le français est la quatrième langue la plus parlée dans le monde.

Le français est une des six langues officielles et une des deux langues de travail (avec l’anglais) de l’Organisation des Nations Unies, et langue officielle ou de travail de plusieurs organisations internationales ou régionales, dont l’union européenne et l’union Africaine. Le français est devenu une importante langue de la diplomatie internationale aux côtés de l’anglais, la seule langue protocolaire pour s’adresser au souverain britannique. Elle est d’ailleurs utilisée exclusivement par la cour royale anglaise en présence de locuteurs françaises. Pourtant l’influence du français dans les domaines économiques et scientifiques internationaux est amoindrie par la place prise par l’anglais.

Dans la linguistique du français, la majorité du fonds lexicale français provient du latin (en tant que langue-mère) ou bien est construit à partir des racines gréco-latines. Dans le français parlé aujourd’hui, les emprunts plus récents à d’autres langues sont assez nombreux : d’abord à l’anglais, puis à l’italien, aux autres langues romanes, aux langues germaniques tel que l’allemand ou le néerlandais. L’arabe à fourni, et fournit encore, quelques mots comme, alcool, algèbre, toubib, bled etc.

On estime à moins de 13% (soit 4200 mots) la part d’origine étrangère dans la langue français courante soit environ les 3500 mots d’un dictionnaire d’usage. Ces mots viennent pour 1054 d’entre eux de l’anglais, 707 de l’italien, 550 de l’ancien allemand, 481 des anciens langues gallo-romaines, 215 de l’arabe, 164 de l’allemand, 160 de l’ancien celtique, 159 de l’espagnol, 153 du néerlandais. Etc.

Il y a différents dialectes du français dans le monde. En se limitant à ce qu’on appelle le « français régional » on trouve l’ensemble de variétés régionales dans le monde, qui restent très proches du français standard. Certains néologismes peuvent également être empruntés au vocabulaire du français régional. On appelle « français régional » les mots ou les expressions employés dans certaines régions de la francophonie, mais non retenus dans les dictionnaires académiques du français ou qui ne sont pas utilisés dans l’ensemble de la francophonie. Il ne s’agit pas de langue familière, mais bien du français qui a évolué de façon différente. Par exemple, dans une partie de la moitié nord de la France, le repas du matin s’appelle « petit-déjeuner » celui du midi « le déjeuner » et celui du soir « le dîner », le « souper » désignant la collation prise le soir après le spectacle. Au Québec, dans le reste du Canada, en Suisse, en Savoie, en Belgique et dans certaines régions françaises on dit « tantôt » là où le français de Paris mais aussi le français africain utilise « tout à l’heure ».

Au Québec également « magaziner » pour « faire des courses » (pour éviter l’anglicisme « faire du shopping » alors que ce mot est perçu comme un barbarisme en France). Au Sénégal et en Afrique francophone, on parle parfois d’ « essencerie » que ce mot est également perçu comme un barbarisme en France. Au Québec et souvent dans le reste du Canada, on dit aussi « avoir une blonde » au lieu de « avoir une petite amie » ou « avoir une copine », « avoir un chun » au lieu de « avoir un petit ami » ou de « avoir un copain ». etc.

Sous la place du français dans le monde, le français est la langue officielle de nombreux pays. Le français demeure l’une des langues officielles de nombreuses organisations internationales : il figure parmi les six langues officielles de l’ONU et l’UNESCO (avec l’anglais, l’espagnol, le russe, le chinois, le mandarin et l’arabe). Le français est également langue officielle de nombreuses autres institutions ou organisations de toutes sortes. Il est également utilisé dans un certain nombre d’autres pays. Une partie des nations utilisant cette langue est regroupée au sein de la Francophonie. La Francophonie est une communité d’intérêt où il est question de la connaissance d’avoir en commun une langue et une culture francophones. Les locuteurs du français se sont sentis menacés par l’omniprésence de l’anglais et l’influence de la culture anglo-américaine après la seconde Guerre mondiale. Ce n’est qu’a ce moment que la conscience de la communauté francophone s’est réveillée avec la volonté de s’unir pour défendre :

Certaines spécificités de la langue française, qui la font plus précise que la langue anglaise.
La coutume de ne pas juxtaposer deux substantifs sans indiquer la nature exacte de leur rapport constitué également un « plus » reconnu de précision du français par rapport à l’anglais.
Une éventuelle « exception culturelle francophone ». Celle-ci tend à prendre aujourd’hui la forme de la diversité culturelle.
(http://fr.wikipedia.org/wiki/francophonie)

La Francophone désigne un ensemble d’Etats et de gouvernement ayant le français en commun. La Francophonie désigne une communauté constituée de pays francophones et renvoie aussi à l’Organisation Internationale de la Francophonie. La Francophonie est donc une communauté de peuples très divers vivant sur les cinq continents et unis par la langue française.

Le français est une grande langue parlée dans le quatre coin du monde et relevant dans le monde. En 2010, une estimation du ministre française des affaires étrangères évalue à environ 200 million le nombre de personnes capable de parler en français dans le monde. On estime aujourd’hui le nombre de locuteurs réels du français a environ 250 millions, dans l’ensemble des pays membres de l’Organisation Internationale de la Francophonie.


1.2 le français en afrique

En Afrique francophone, le français est parlé comme deuxième ou troisième langue, comme dans la République démocratique du Congo qui est le plus peuplé des pays de la Francophonie. La majorité des pays de l’Afrique de l’Ouest, ou encore au Maghreb ayant le français pour langue officielle ou co-officielle. Mais ces pays aussi parlent les langues américaines et africaines. Ces pays ayant pour la plupart font partie des anciens empires coloniaux français et belge. Le français est parlé comme première langue par une minorité, surtout dans les milieux urbains, notamment en Côte d’Ivoire et au Gabon.

Dès le 17e siècle, la langue française commence à co-habiter avec beaucoup de langues africaines. Par exemple, en Afrique occidentale francophone, nous assistons à une situation de plurilinguisme, ainsi au Togo, le français co-habite avec le mina, l’éwé, le kabiyé et le pilapila. Au Bénin, le français co-habite avec 50 langues africaines parmi lesquelles sont yoruba, fon, goun, dendi, bariba. En Côte d’Ivoire, la langue française co-habite avec 21 langues africaines parmi lesquelles sont le bété, dioula, mandingue, etc. Au Mali et Burkina Faso, nous avons berbara, mandigue, etc. Au Mali et Burkina Faso, nous avons berbara, mandigue, fulfude. En Afrique centrale ; le Cameroun, le Gabon, la République démocratique du Congo ; la langue française co-habite avec les langues suivantes : le kikongo, bassa, sango, lingala, soiyida etc. Au Sénégal, le français co-habite avec le wolof, le serer, le divula, le mandigue etc.

Le contact des langues africaines avec le français a donné naissance au métissage de la langue française. Le français subit une transformation fluctuante. Quelquefois, cette transformation devient stable. En Afrique, il est impossible de parler d’une forme unique du français mais plutôt de divers formes du français qui naissent avec les locuteurs des nombreuses langues d’Afrique. Dans un même pays, il peut y avoir plusieurs formes concurrentes. Cette grande variété du français en Afrique ne facilite pas une description scientifique d’une forme unique du français. Cependant quelques variétés semblent émerger du flot. On ne peut pas accuser ces diverses manières de parler la même langue de mauvaises langues.

Il existe en général dans chaque pays africain, une variété reconnue de français qui diffère du français standard par des particularités ou des traits caractéristiques. En effet, ce français perd en compte le milieu physique et le milieu socio-culturel faisant naitre des néologismes de nécessité.

Par exemple : le jeune Ivoirien dira couramment « j’ai mange de « l’attiéké » (couscous de manioc) ou du « foufou » (boule pâteuse de banane plantain, d’igname, de taro). Le jeune Béninois ou Togolais dira « j’ai mangé du « tapioca » ou de « l’adassa ». (semoule de manioc), alors que le Sénégalais parlera à propos du riz « moi je mange du « tieboudjin » et du « yassa ». De la même façon le locuteur africain n’est pratiquement pas choqué d’entendre, malgré les redondances flagrants : « elle est montée en haut » ou « il est descendu en bas » car ces constructions existent dans sa langue.

En ce sens, le français local africain est l’équivalent des parlers régionaux d’autres pays tels les parlers provençal, breton, corse, belge, québécois, etc. En fait, chaque locuteur dispose de plusieurs registres, de plusieurs « français » selon la personne à qu’il s’adresse et selon le contexte social.

Les écarts entre le français dialectal et le français standard ne sont plus de particularités mais des différences notables. Il existe même des grammaires et des dictionnaires de français des langues africaines. Les expressions qui sont chargées de sens chez l’Africain alors qu’elles sont quelquefois incompréhensibles ou insignifiantes en français standard.


L’étude comparée du français standard et du français sénégalais


Project Material Download

3,000 Naira


The complete material will be sent to you in just 2 steps.

Quick & Simple…


Step One Purchase

Make payment of ₦3,000: through USSD Transfer, Bank Mobile App, ATM Transfer, or POS Transfer to:

Access Bank PlcAccount No.: 0811003731
Name: Samphina Academy
Account Type: Current

Or Click Here to pay with Debit Card

FOR CLIENTS OUTSIDE NIGERIA:
Click Here to pay with Debit Card ($15)
GHANA – Make Payment of 60 GHS to MTN MoMo, 0553978005, Douglas Osabutey 

  PAY WITH CRYPTOCURRENCY


Step Two Purchase

Send the following details through Text Message or WhatsApp Messenger | +234-8143831497

  • Payment Details 
  • Email Address 
  • L’étude comparée du français standard et du français sénégalais

The complete material will be sent to your email address after receiving your payment information | T & C Apply


  Contact Our Help Desk


You may also like:

⚠️ Need a different topic? Perform a quick search



Get A Complete Business Plan For Any Business In Nigeria

Business Plan for Businesses in Nigeria

  Business Plans in Nigeria


L’étude comparée du français standard et du français sénégalais


Disclaimer

This research material “L’étude comparée du français standard et du français sénégalais” is for research purposes and should be used as a guide in developing your research project / seminar work. For no reason should you copy word for word (verbatim) as samphina.com.ng will not be liable for any who copied the material.

The aim of providing this material is to reduce the stress of moving from one school library to another all in the name of searching for research materials. This service is legal because, all institutions permit their students to read previous projects, books, articles or papers while developing their own works. According to Austin Kleon “All creative work builds on what came before”.

samphina.com.ng is only providing this material “L’étude comparée du français standard et du français sénégalais” as a reference for your research. The paper should be used as a guide or framework for your own paper. The contents of this paper should be able to help you in generating new ideas and thoughts for your own research. Use it as a guidance purpose only.


How to defend your research work


This is a general guide on how to defend your research work:

1. Prepare For Questions:

If you are preparing for questions that may be asked during your defense, then your answers will flow smoothly and effectively. This will prove your knowledge on the subject e.g “L’étude comparée du français standard et du français sénégalais“, and strengthening your argument. Ask friends and family, read your work for them to listen to your presentation, and write down questions. You may be lucky the panel will ask you those you have already prepared on.

2. Strong Summary:

Summarizing your chapters will help keep your audience focused because it is easy for a mind to drift, so providing summaries will ensure your panel will follow along, even if they lose focus for a brief moment. Visual aides, such as graphs and power-point presentations can be very helpful. If you are going to use these, make sure you will practice your presentation with them.

3. Be Confident in Your Research Work:

Not knowing your topic “L’étude comparée du français standard et du français sénégalais” inside out will cause you to struggle and ultimately fail with your defense. You need to know the subject from every angle to ensure you are fully prepared for any question that may come your way.

4. Conclusion:

Reinforce your findings to conclude your defense. The finale of your presentation should focus on proving the work that has been done. You may need to recap on what has changed and remained unchanged, if is necessary.

5 . Listen:

Before you get defensive or recite a particular answer, make sure you truly understand the question being asked. Being a good listener is an important quality, because providing an inaccurate or off-topic answer will also weaken the validity of your paper.

Samphina Academy

Samphina Academy is an Online Educational Resource Center that is aimed at providing students with quality information and materials to aid them in succeeding in their academic pursuit.