La francophonie (son influence sur les anciennes colonies françaises)

Project and Seminar Material for French

La francophonie (son influence sur les anciennes colonies françaises)


Introduction


Depuis le 19e siècle, l’Afrique a été l’objet de convoitise des Européens à cause des immenses ressources qu’elle renferme en son sein. Ainsi, nous avons assisté à la venue massive des Européens sur les côtes africaines dans le but d’exploiter les richesses que l’Afrique possède. C’est alors qu’ils vont introduire le commerce, c’est-à-dire qu’ils viennent en Afrique avec des objets comme les fusils, les miroirs, la pacotille, le sel pour échanger contre des Noirs. C’est ce commerce qui était appelé autrefois la traite négrière ou l’esclavage. Après ce commerce, les Européens ont alors procédé à la colonisation des pays avec lesquels ils avaient l’habitude de faire des échanges. C’est ainsi que nombreux pays africains se verront coloniser par les Français ou les Anglais.

Les pays qui étaient sous la colonisation de la France étaient des colonies françaises et le système d’administration était direct c’est-à-dire que c’était les Français eux-mêmes qui étaient en charge des affaires indigènes. C’était une forme d’ingérence directe dans l’administration traditionnelle qui était déjà en place composée de chefs traditionnels, de notables et bien d’autres.

Cependant, après les indépendances des pays africains dans les années 1960, on constate une décolonisation rapide des Etats africains colonisés. Ainsi, ces différents pays qui étaient sous la domination française vont se regrouper dans une organisation internationale appelée “la francophonie” pour échanger les valeurs culturelles, les coutumes étant donné qu’ils ont une chose en commun c’est-à-dire la langue française. La francophonie est une organisation qui rassemble tous les Etats qui ont la langue française comme langue maternelle ou langue officielle.

Pour cela, nous pouvons nous poser la question suivante : quelle est l’influence de la francophonie sur les anciennes colonies françaises ?

Le partage de notre travail en chapitres nous permettra de répondre à cette problématique.

Ainsi, au chapitre un, nous discuterons de la francophonie et de sa place dans le monde. Au chapitre deux, nous parlerons de la colonisation des anciennes colonies françaises : le cas de la Côte d’Ivoire, du Togo et du Bénin.

Au chapitre trois, nous parlerons de l’influence de la francophonie sur les anciennes colonies françaises. Enfin, nous terminerons notre travail avec une conclusion pour résumer ce qui a été dit.


Chapitre i


La francophonie et sa place dans le monde

1.1 La francophonie : Qu’est-ce que c’est ?

La francophonie est un mot qui a été créé à la fin du XIXe siècle par le géographe Onésime Reclus. C’est un mot qu’il a utilisé pour désigner l’ensemble des locuteurs qui utilisent le français comme langue maternelle ou langue seconde.

La francophonie désigne particulièrement ceux qui parlent français, en dehors d’une notion géopolitique. Elle désigne l’ensemble du monde francophone, c’est-à-dire les différents pays et régions où le français est langue maternelle ou seconde. Autrement dit, le terme de la francophonie désigne l’ensemble des gouvernements, pays où instances officielles qui ont en commun l’usage du français dans leurs travaux ou leurs échanges. La francophonie est associée à l’Organisation Internationale de la Francophonie.


1.1.1 L’Organisation Internationale de la Francophonie

L’organisation Internationale de la Francophonie (OIF) rassemble les gouvernements des pays ayant le français en partage. La première conférence inter-gouvernementale a eu lieu à Niamey au Niger en 1969. La première institution est l’Agence de Coopération Culturelle et Technique (ACCT) créée en 1970, et devenue en 1995, l’Agence Inter-gouvernementale de la Francophonie (AIF). En 1986, il s’est tenu un sommet des chefs d’Etats et de gouvernements francophones.

Au milieu des années 1990, un tournant politique donne une nouvelle dimension à la francophonie qui était jusque-là essentiellement consacrée à la coopération culturelle et économique. Après le sommet de Cotonou en 1995, deux ans plus tard au sommet d’Hanoï aboutit une nouvelle reforme. Elle consistait à l’adoption d’une nouvelle charte de la francophonie et le premier secrétaire général de la francophonie était Boutros Boutros Ghali par nomination.

Une nouvelle réforme est intervenue en 2005. La conférence ministérielle qui s’est réunie à Tananarive en Madagascar adopte le 23 novembre une nouvelle charte de la francophonie. Dans un souci de simplification du système institutionnel, l’Agence gouvernementale constitue désormais l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), sous l’autorité du secrétaire général de la francophonie.


1.1.2 Les objectifs de la francophonie

La francophonie en tant qu’organisation se veut maintenir les liens qui ont été créés entre ses membres par le partage de la langue française et des valeurs universelles, et souhaitant les utiliser au service de la paix, de la coopération, de la solidarité et du développement durable. Pour arriver à ses fins, elle s’est donnée des objectifs d’aider :

à l’instauration et au développement de la démocratie, à la prévention, à la gestion et au règlement des conflits et au soutien à l’Etat de droit et aux droits de l’homme.

à l’intensification du dialogue des cultures et des civilisations, au rapprochement des peuples par leur connaissance mutuelle.

au renforcement de leur solidarité par des actions de coopération multilatérale en vue de favoriser l’essor de leurs économies.

à la promotion de l’éducation et de la formation.

La francophonie respecte la souveraineté des Etats, leurs langues et leurs cultures. Elle observe la plus stricte neutralité dans les questions de politique intérieure.

Les institutions de la présente charte concourent pour ce qui les concerne à la réalisation de ces objectifs et au respect de ces principes.


1.1.3 Les institutions et opérateurs de la francophonie

En tant qu’organisation bien structurée, la francophonie a des institutions qui lui permettent de très bien fonctionner. Ces institutions sont :

Les instances de la francophonie

La conférence des chefs d’Etats et de gouvernements des pays ayant le français en partage qui a été appelée après le sommet.

La conférence ministérielle de la francophonie appelée conférence ministérielle. La conférence ministérielle se compose de tous les membres du sommet. Chaque membre est représenté par le ministre des Affaires étrangères ou le ministre chargé de la francophonie ou son délégué. La conférence ministérielle est présidée par le ministre des Affaires étrangères ou le ministre chargé de la francophonie du pays hôte du sommet un an avant et un an après celui-ci. Elle se prononce sur les grands axes de l’action multilatérale de la francophonie.

Elle prépare le sommet. Elle veille à l’exécution des décisions arrêtées par le sommet et prend toutes initiatives à cet effet. Elle adopte le budget et les rapports financiers de l’OIF ainsi que la répartition du fond multilatéral unique. La conférence ministérielle fixe les barèmes des contributions statutaires à l’OIF. Elle recommande au sommet l’admission de nouveaux membres associés ou observateurs, ainsi que la nature de leurs droits et obligations.

Le conseil permanent de la francophonie appelé Conseil permanent. Il est chargé de la préparation et du suivi du sommet, sous l’autorité de la conférence ministérielle. Le conseil permanent est composé des représentants personnels dûment accrédités par les chefs d’Etats ou de gouvernements membres du sommet. Il est présidé par le secrétaire général de la francophonie. Il se prononce sur ses propositions et le soutient dans l’exercice de ses fonctions.

Le secrétaire général de la francophonie

Le secrétaire général de la francophonie préside le conseil de coopération. Il est représenté dans les instances des opérateurs. Il dirige l’organisation internationale de la francophonie.

Le secrétaire général est élu pour quatre ans par les chefs d’Etats et de gouvernements. Son mandat peut être renouvelé. Il est placé sous l’autorité des instances.

Le statut du secrétaire général a un caractère international. Le secrétaire général ne demande ni ne reçoit d’instructions ou d’émoluments d’aucun gouvernement ni d’aucune autorité extérieure. Il est responsable au secrétariat de toutes les instances de la francophonie, aux sessions desquelles il assiste. Il préside le conseil permanent dont il prépare l’ordre du jour. Il ne prend pas part au vote. Il veille à la mise en œuvre des mesures adoptées, dont il rend compte.

Le secrétaire général est le représentant de l’OIF. A ce titre, il engage l’organisation et signe les accords internationaux. Il peut déléguer ses pouvoirs. Il rend compte au sommet de l’exécution de son mandat. Il est chargé de l’organisation et du suivi des conférences ministérielles sectorielles décidées pour le sommet.

L’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF)

L’Agence de coopération culturelle et technique créée par la convention de Niamey du 20 mars 1970 et devenue l’Agence de la francophonie prend l’appellation “ Organisation Internationale de la Francophonie”. L’Organisation Internationale de la Francophonie est une personne morale de droit international public et possède la personnalité juridique.

L’OIF peut contracter, acquérir, aliéner tous biens mobiliers et immobiliers, rester en justice ainsi que recevoir des dons, legs et subventions des gouvernements, des institutions publiques ou privées ou des particuliers.

Elle est le siège juridique et administratif des attributions du secrétaire général. L’OIF remplit toutes tâches d’étude, d’information, de coordination et d’action. Elle est habileté à faire tout acte nécessaire à la poursuite de ses objectifs. Elle collabore avec les diverses organisations internationales et régionales sur la base des principes et des formes de coopération multilatérale reconnus.

Le siège de l’Organisation Internationale de la Francophonie est fixé à Paris.

L’Assemblée Parlementaire de la Francophonie (APF) qui est l’Assemblée consultative de la francophonie.
Les opérateurs directs et reconnus du sommet qui concourent, dans les domaines de leurs compétences, aux objectifs de la francophonie tels que définis dans la présente charte. Ces opérateurs directs sont :
l’Agence universitaire de la francophonie (AUF)

TV5, la télévision internationale de la francophonie

L’Université Senghor d’Alexandrie.

L’Association Internationale des maires et responsables des capitales et des métropoles partiellement ou entièrement francophones (AIMF)


1.2 La francophonie en Amérique

La francophonie étant devenue une organisation internationale, plusieurs Etats américains ont adhéré à l’Organisation Internationale de la Francophonie. Parmi ces Etats, nous avons le Canada, le Québec, le Nouveau-Brunswick, l’Haïti, la Dominique, la Sainte Martinique, la Guadeloupe et Saint-Pierre et Miquelon par l’intermédiaire de la France. Aux Etats-Unis, la Louisiane, le Connecticut, le Maime, le Massachussetts, le New Hampshire, le Rhode Island et le Vermont sont invités en tant qu’observateurs au sommet de la francophonie.

1.2.1 L’Amérique du Nord

Le Canada compte 31,9 millions d’habitants dont 7,2 millions au Québec et deux langues officielles qui sont l’anglais et le français. Le gouvernement fédéral est soumis à un strict bilinguisme. En dehors du Québec et du Nouveau Brunswick, les francophones qui sont environ un million sont dispersés dans tout le pays et vivent donc en milieu minoritaire. La communauté francophone la plus nombreuse est celle de l’Ontario, en particulier dans la région d’Ottawa. Mais, en dépit des efforts souvent fournis par les gouvernements provinciaux du Canada anglais, l’usage du français en milieu minoritaire est un combat de tous les jours.

Au Québec, la seule langue officielle est le français. C’est l’unique territoire continental nord-américain où l’on peut vivre en français comme en France. Le français est la langue d’usage dans toutes les sphères de la vie courante. Il est protégé depuis 1977 par la Charte de la langue française et l’Office de la langue française. Le Québec est souvent vu comme le garant de toute la francophonie nord-américaine. Il est l’expression politique du Canada français, ainsi que le foyer et le point d’appui de tous les francophones nord-américaines.

Le Nouveau Brunswick est peuplé de 750 000 habitants et est la seule province canadienne officiellement bilingue. Les francophones qui représentent environ le tiers des habitants se concentrent dans la partie nord de la province, à la frontière avec le Québec. Il a accueilli un sommet de la francophonie en 1999.

Aux Etats-Unis, le français est parlé dans plusieurs endroits du pays. D’après une investigation de 115 Census Bureau, un américain sur sept ne parle pas anglais chez lui. Il y a 13 millions d’américains qui sont d’origine française et 1,6 million parle le français à la maison. Le Maime, le Vermont et le New Hampshire comptent une proportion non négligeable de francophones.

En Louisiane, le français s’est maintenu pendant tout le XIXe siècle, puis a décliné rapidement. En 1920, l’Etat décide même de l’interdire. Puis la langue française est réintroduite à partir du début des années 1960, en particulier grâce au Conseil pour le développement du français en Louisiane qui sont pour la plupart des Cajuns descendants des Acadiens déportés d’Acadie par les Anglais en 1975.

1.2.2 Antilles et Amérique du sud

Les pays antillais comme la Guadeloupe, la Martinique et la Guyane française constituent depuis 1946 des Départements d’Outre-mer (DOM) français. Comme dans le reste de la République, le français est la langue officielle.

En Haïti, on compte 7,1 millions d’habitants. Les deux langues officielles de ce pays sont le français et le créole haïtien. Dans ce pays, il y a un faible taux d’alphabétisation.

La Dominique et Sainte-Lucie ont été à tour de rôle sous souveraineté française puis britannique. L’anglais y est la langue officielle mais le créole à base lexicale française est la langue d’usage par la population de ces îles aux sommets de la francophonie.


1.3 La francophonie en Europe

En Europe, nous avons l’Union Européenne au sein de laquelle nous nous retrouvons avec des pays anglophones, lusophones et francophones. Cette diversité linguistique a fait reculer le français au profit de l’anglais au sein de l’Union Européenne.

Depuis 2002, l’OIF a fait de l’usage du français dans l’Union Européenne un de ses champs d’activités prioritaires et lui a consacré une de ses principales lignes budgétaires, qui dépasse à présent les trois millions d’euros. De plus, il propose principalement aux diplomates des formations à la langue française et en particulier aux nouveaux pays membres de l’union ou candidats à l’adhésion, ainsi qu’aux personnels des institutions européennes, aux interprètes et aux traducteurs de français, aux journalistes et aux juristes.

Pour donner les cours de français, l’OIF fait appel aux Alliances françaises et aux instituts français, d’où l’importance du partenariat avec la France, la Belgique et le Luxembourg qui mettent à sa disposition un certain nombre de services, de moyens et relais d’influence. L’OIF aide également à la préparation de concours européens et organise des séminaires permettant des échanges d’expériences sur les affaires européennes.

La francophonie joue un rôle important en Europe en matière de protection de la culture. Comme preuve, l’Europe et la francophonie se sont mobilisées dans le combat pour l’adoption, de la convention de l’UNESCO pour la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles et se définissent dès l’origine comme des laboratoires de la diversité culturelle.


1.4 La francophonie en Afrique

L’Afrique francophonie désigne tous les Etats d’Afrique ayant la langue française en partage. Autrement dit, ce sont les anciennes colonies françaises qui constituent la francophonie en Afrique. Le français est arrivé en Afrique avec la colonisation de la France et de la Belgique. Ainsi, l’Afrique est le continent avec le plus de locuteurs français dans le monde.

En Afrique, le français est surtout une langue seconde mais dans certains pays, il est devenu la première langue comme dans la région d’Abidjan en Côte d’Ivoire, au Bénin, etc.

Dans chacun des pays francophones d’Afrique, le français est parlé avec des spécificités locales en termes de prononciation et de vocabulaire. Par exemple, au Bénin, la prononciation des mots est différente de celle de la Côte d’Ivoire c’est-à-dire qu’ils n’ont pas le même accent.

De plus, en Côte d’Ivoire, nous avons ce qu’on appelle le ‘NOUCHI’ c’est-à-dire le pidgin français. Pour quelqu’un qui n’a pas vécu en Côte d’Ivoire, même s’il est francophone, il aura du mal à saisir le message.

Quelques Etats africains où le français est langue officielle : Bénin, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, Comores, Côte d’Ivoire, Djibouti, Gabon, Guinée, Guinée Equatoriale, Madagascar, Mali, Niger, République Centrafricaine, RD Congo, République du Congo, Sénégal, Seychelles, Tchad, Togo, Rwanda. Quelques Etats africains où le français est langue administrative : l’Algérie, le Maroc, l’Île Maurice, la Mauritanie et la Tunisie.


Chapitre iii


L’Influence De La Francophonie Sur Les Anciennes Colonies FrançAises

3.1 L’Influence Politique

L’OIF est une organisation qui est dirigée par un Africain du nom de Abdoul Diouf, l’ancien président du Sénégal. Cette organisation a beaucoup aidé les Etats africains à accroître leur développement. Mais aujourd’hui, il est regrettable de constater que cette organisation est de plus en plus politisée à cause de l’influence d’une ancienne puissance colonisatrice, la France.

En effet, la France est le seul pays qui fait partie des grandes puissances mondiales. Pour cela, elle use de son statut de puissance mondiale et surtout d’ancien maître pour influencer la vie politique de ses anciennes colonies qui sont des Etats membres de la francophonie.

Aujourd’hui, la francophonie est devenue une arme pour la France pour pratiquer le Néo-colonialisme, c’est-à-dire la ré-colonisation du pays. En effet, elle est devenue un instrument politique au service de la France qui profite du poids des pays membres c’est-à-dire les anciennes colonies pour rayonner à l’extérieur. Dans cette relation, les intérêts français sont les plus importants.

La France est prête à aller partout là où il y a ses intérêts au détriment de ses anciennes colonies et souvent elle est à la base des crises politiques qui secouent certains Etats africains francophones. Les raisons de ces actions menées par la France sont dues au fait que si les intérêts français sont menacés par un quelconque chef d’Etat africain francophone, elle est prête à enlever ce dernier et à mettre quelqu’un qui va défendre ses intérêts. C’est pourquoi il est de l’opinion de certains africains que « la francophonie sert à asseoir et à pérenniser des dictateurs, donc à assurer le recul des démocrates ».

Dans cette pensée africaine, on constate qu’après analyse que c’est la France qui forme les gouvernements dictatoriaux à cause de ces intérêts. C’est pourquoi, l’OIF est accusée de faire plus de politique qu’autre chose, car l’organisation profite davantage aux acteurs politiques plutôt que de se soucier du sort des jeunes africains au chômage. Ces jeunes gens dépités et désillusionnés, ivres de vivre hors du continent, de jour en jour s’adonnent à des aventures clandestines pour entrer en Europe au péril de leur vie. Ces jeunes pourtant se sentent les porte-paroles des peuples francophones de demain.

Aujourd’hui, l’influence politique de la France est qualifiée de la « Françafrique » c’est-à-dire tout est dicté aux chefs d’Etats Africains, ce qu’ils doivent faire ou pas, ce qu’ils doivent accepter ou pas.

C’est à cette Françafrique que le peuple ivoirien est confronté aujourd’hui. Malheureusement le président en place c’est-à-dire Laurent Gbagbo ne veut pas se laisser dicter ce qu’il doit faire ou accepter. Du coup, il est confronté à tous les assauts politiques et économiques de la France pour affaiblir son régime.

De plus, la politique française a toujours été floue et cela depuis le début des indépendances africaines. La France qui n’a jamais digéré les indépendances africaines avait vécu la décolonisation comme un drame. Cependant, pour continuer sa main mise sur les richesses des anciennes colonies, elle a créé son précarré français, une sorte de consortium de dictateurs à la sauce française pour défendre leurs intérêts. Parmi ceux-ci nous pouvons citer les feux anciens dictateurs comme :

  • Gnassingbé Eyadema (Togo)
  • Houphouet Boigny (Côte d’Ivoire)
  • Omar Bongo (Gabon)

et le président Burkinabé qui est encore au pouvoir, Blaise Compaoré.

Il faut noter que la vie politique des anciennes colonies sur le plan international est décidée par la France. Elle est le seul maître du jeu. A titre d’exemple, au Conseil de sécurité des Nations Unies, toutes les résolutions qui concernent la partie francophone africaine sont soumises par la France car elle est membre permanent du Conseil de sécurité et jouit d’un droit de véto pour faire ou ne pas faire accepter les décisions prises.


3.2 L’influence économique

Aujourd’hui l’influence économique de la francophonie sur les anciennes colonies françaises est due au rôle et à l’impact de la France sur ces différents Etats africains.

Pendant la colonisation, la France a adopté un système politique d’administration directe dans le but d’avoir la main mise sur toutes les ressources de ses colonies. De nos jours, nous assistons au même scénario avec la main mise de la France sur l’économie de ses anciennes colonies. Ces pauvres pays ont besoin de l’accord de la France sur les décisions économiques qu’ils tentent de prendre.

A titre d’exemple, prenons le cas des Etats de l’Afrique de l’Ouest, c’est-à-dire les pays francophones qui ont en commun la BCEAO (Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest). Tous ces pays c’est-à-dire le Bénin, le Togo, la Côte d’Ivoire, le Burkina Faso, le Mali, le Sénégal utilisent la même banque centrale pour leurs activités économiques. La France fait partie du Conseil d’administration de la BCEAO. Cette participation de la France est tout simplement de pouvoir contrôler l’économie de ces pays.

Contrairement aux Etats africains qui ont leur propre banque centrale et qui ne dépendent de personnes pour fonctionner ni de l’ancien colonisateur,la BCEAO, quant à elle, a besoin et dépend absolument des services d’un grand frère colonisateur qui doit lui tenir la main comme un enfant qui apprend à marcher.

En outre, ces anciennes colonies n’ont pas le contrôle sur le marché mondial des matières premières. En effet, pour que ces pays fassent écouler leurs produits agricoles sur le marché mondial, ils ont besoin de la permission et de l’accord de la France pour arriver à pouvoir vendre leurs produits. Pour exemple, la Côte d’Ivoire pour vendre son café-cacao, elle a besoin du soutien de la France pour faire du lobbying.

Pour sa survie face à la mondialisation, la France a plus besoin de ces pays. La vérité est qu’aujourd’hui, c’est la France qui a besoin de l’Afrique pour l’avenir de sa vie économique car il faut la contribution de l’économie mafieuse de l’Afrique des dictateurs pour arrêter le déclin de la France. Toute la politique africaine de la France ne vise qu’à favoriser ses intérêts économiques en favorisant les trafiques d’armes, en encourageant des conflits ethniques, en retardant ainsi le développement des malheureux Africains par un soutien indéfectible à des dictatures criminelles.
Par ailleurs, il est bon de savoir que la monnaie utilisée par les anciennes colonies, est une monnaie qui a été léguée par le colonisateur. Le franc CFA est la monnaie utilisée pour les transactions dans les pays qui ont la banque centrale en commun c’est-à-dire la BCEAO.

Au lieu d’une diplomatie participative et constructive au développement de l’Afrique, la France continue d’avoir une politique ambiguë de dominance au sein de la francophonie. Une politique de servitude et d’oppression pour sucer l’Afrique de ses ressources économiques précieuses tout en la saignant. C’est une politique diplomatique qui empêche tout éveil de la conscience africaine dans le seul but de maintenir l’Afrique dans un sous développement chronique et une dépendance continue.

C’est ce qui explique le fait que ces anciennes colonies n’ont pas la main libre dans le choix des partenaires économiques et bailleurs de fonds. Dans ces différents pays, les entreprises françaises ont le monopole du marché, c’est-à-dire qu’elles sont les premières dans tous les secteurs de développement du pays. Cela est la seulement possible à cause de l’influence du gouvernement français sur ces Etats africains.

La France n’a jamais travaillé pour l’intérêt des peuples africains dans l’OIF, au contraire, elle a toujours œuvré pour ses intérêts économiques et surtout pour la création et le maintien des dictateurs pour la protection de ses intérêts économiques. En effet, tous les dictateurs africains ont duré parce qu’ils avaient le soutien et la bénédiction de la France, que cela soit Gnassingbé Eyadema, Omar Bongo, Mobutu Sese Seko et bien d’autres. La France y jouait pour la pérennisation de ces dictateurs à cause de ses intérêts économiques.


3.3 L’influence éducative

L’influence de la France, au niveau de l’éducation dans ses anciennes colonies peut être vue avec la langue d’enseignement qu’on utilise dans les écoles. En effet, aujourd’hui, la langue française est devenue la seule langue d’instruction dans les anciennes colonies. Dès l’école primaire, on enseigne les enfants avec le français jusqu’à l’université. Cela a seulement été possible grâce à l’influence que la France exerce sur les petits pays qui sont membres de la francophonie. Dans les écoles, les langues nationales de ces pays ne sont pas enseignées.
Par exemple, le français est la seule langue enseignée tant au primaire qu’au secondaire, aucune langue étrangère autre que le français n’est enseignée au Bénin. Nous avons le même cas en Côte d’Ivoire où le système éducatif est similaire à celui du Bénin.

De plus, la francophonie est devenue un instrument éducatif à travers lequel la France valorise la langue française. Comme nous le savons, il y a une université qui a été bâti par l’Organisation Internationale de la Francophonie. Cette université est située à Alexandrie en Egypte. La création de l’Université Senghor à Alexandrie aide à la promotion académique et culturelle entre les pays membres. Egalement, des bourses d’études sont octroyées par la francophonie pour encourager les étudiants et les chercheurs des pays membres dans le domaine de l’éducation. Il n’y a pas seulement que la francophonie mais aussi la France qui octroie des bourses d’études à certains étudiants francophones pour qu’ils puissent venir étudier en France.

En outre, la France influence le système éducatif de ces colonies à travers des fonds qui sont alloués au ministère de l’éducation de certains Etats africains. Il y a également des dons des livres en langue française qui aide à promouvoir le français.

Etant donné que le continent africain est primordial pour l’avenir de la francophonie, il est donc une nécessité pour la France d’influencer le système éducatif de ces anciennes colonies car c’est dans ces endroits que les futurs cadres du pays sont formés pour être des leaders.A titre d’exemple pour illustrer nos dires, la création des Alliances françaises dans ces Etats est un moyen politique pour influencer l’éducation dans ces anciennes colonies.

En somme, on constate que de près ou de loin, la France contribue à l’éducation dans ses anciennes colonies. Elle use de son pouvoir pour influencer leur système éducatif, car il y a des pays africains qui ont le même curriculum avec la France, tant la pression de la France est forte sur eux. L’Agence universitaire de la francophonie (AUF), l’Université Senghor d’Alexandrie, le Grand prix de la francophonie, sont entre autres les moyens dont la France, sous le couvert de la francophonie, utilise pour influencer le système éducatif de ses anciennes colonies.


3.4 L’influence culturelle

Aujourd’hui, il y a l’influence culturelle chez les pays francophones africains. L’un des objectifs que la francophonie s’est assignée est de promouvoir la culture des pays membres. Mais ce que nous constatons est contraire, car on assiste à une dégradation culturelle africaine au profit des cultures européennes. En effet, les Africains ne respectent plus leurs propres cultures, ils préfèrent respecter les cultures européennes. Comme exemple, sur le plan vestimentaire, on constate que les tenues traditionnelles africaines sont aujourd’hui délaissées au profit des costumes européens. Tout le monde veut s’habiller en costume. Les chefs d’Etats de ces pays africains en sont une parfaire illustration.

De plus, les danses traditionnelles, les activités traditionnelles c’est-à-dire les jeux, les luttes sont aujourd’hui dans l’oubli à cause de l’influence de la culture européenne.

L’influence que la France a sur ses anciennes colonies a fait en sorte que ces Etats soient encore visibles d’un bout à l’autre de la planèteà travers l’usage de réseaux câblés comme TV5, France 24, RFI, TFI, etc. qui participent activement à la diffusion de l’information. Que se soit dans le domaine de l’art en général, du théâtre, du cinéma, de la chorégraphie, de la danse ou de la musique en particulier, un bond considérable a été fait. Ce sont des efforts de promotion des structures culturelles qui ont été mises en place pour influencer les cultures africaines.


Conclusion

En conclusion, nous avons pu voir l’influence de la francophonie sur les anciennes colonies françaises que ce soit au plan politique, économique, éducative et culturelle.

Tous ces impacts laissés par la francophonie ont leurs conséquences tant positives que négatives sur ces anciennes colonies. Il est important de savoir que ces différents pays africains qui ont subi la colonisation avaient déjà leur civilisation, leur culture et leur tradition. Mais avec l’avènement de la colonisation, toutes ces valeurs culturelles africaines ont été changées et remplacées par celles du colonisateur blanc.

Pour notre part, il est évident que la francophonie est une organisation qui est là pour promouvoir les valeurs culturelles des Etats membres comme il est stipulé dans ses objectifs. Pour cela, la francophonie ne doit pas être une autre forme de néo-colonisation à travers les actions entreprises par les grandes puissances,comme la France, qui y sont membres. Elle utilise ses pouvoirs pour influencer et s’insérer dans les affaires internes et extérieures de ces anciennes colonies qui sont en majorité les Etats membres.


Get Complete Project Material

5,000 5000

The Complete Material Will Be Sent to You in Just 2 Steps

Quick & Simple…


Step One Purchase

Make Payment (Through Transfer) of ₦5,000 to Any of the Account Below

Access Bank PlcAcc No: 0811003731
Samphina Academy
Current Account
Zenith BankAcc No: 1225513212
Samphina Academy
Current Account

Or CLICK HERE To Pay With Debit Card


FOR STUDENTS OUTSIDE NIGERIA
CLICK HERE To Purchase Material ($15)
FOR GHANIAN STUDENTS
Make Payment of 120 GHS to 0553978005 | Douglas Cloud Osabutey | MTN MoMo

Step Two Purchase

Send the Following Details on WhatsApp ( 08143831497) After Payment

  1. Payment Details

  2. TOPIC: La francophonie (son influence sur les anciennes colonies françaises)

The Complete Material Will Be Sent To You On WhatsApp After Receiving Your Details
T & C Apply


  Contact Our Help Desk


Need a Different Topic? Perform a Quick Search



List of Related Works

Click on Any Topic to Preview the Content

samphina.academy

Samphina Academy

Samphina Academy is an Online Educational Resource Center that is aimed at providing students with quality information and materials to aid them in succeeding in their academic pursuit.